L’étape du jour entre Bagnères de Luchon et le Col du Portet est courte (65 km), on a même eu le droit de traîner un peu au lit ! Mais dès le réveil, les choses sérieuses reprennent… au saut du lit, la fine équipe de la caravane Cochonou attaque par la réapro des véhicules, tout le monde s’active, chacun connait son rôle à la perfection !


etape-tour-de-france-caravane-cochonou-luchon-saint-lary-P6179

Une fois les deudeuches ravitaillées en mini saucisson et en bobs, nous filons en direction du parking caravane. Sur cette grande allée ombragée de Bagnères de Luchon, nos petites deudeuches font figure de miniatures à côté des gros chars et des 4×4, mais qu’importe, elles ont toujours la cote !
etape-tour-de-france-caravane-cochonou-luchon-saint-lary-P6197

Quelques secondes avant le départ, nos chauffeurs se lancent dans un départ digne des plus belles éditions des 24Heures du Mans, ils sont fin prêts à attaquer la grimpette !

Sur le parking caravane, la sirène retentit et il est temps de s’élancer pour cette courte étape, mais qui dit courte dit intense. Dès la sortie de Bagnères de Luchon, le tempo est donné, on attaque direct par 15km de montée jusqu’au col de Peyragudes. Quelques kilomètres avant le passage du col, on commence à retrouver le public des Pyrénées, l’ambiance est électrique et le paysage à couper le souffle !
Juste avant le sommet, nous retrouvons Paul et Flo qui déjà bien chauffé la foule et surprise, ils sont même accompagnés de nos amis du Café Welkom, il ne nous en fallait pas plus pour bien commencer l’étape !

L’étape continue et à chaque col, on se dit la même chose, ils ont du mérite les coureurs ! Mais on n’oublie pas non plus tout ceux qui sont venus sur le bord des routes pour nous encourager, pour participer à cette grande fête qu’est le Tour de France !

Il faut aussi que je vous dise quelque chose, Damien, ou plutôt Daminou, mon fidèle chauffeur a grandi dans la région… Et je peux vous dire qu’il n’a pas arrêté de me sortir toutes sortes d’anecdotes sur la région, on le sentait ému d’être dans ses montagnes ! En même temps, il y avait de quoi, tous les 3 km on voyait une pancarte avec son prénom et qu’ils nous avaient carrément privatisé un « virage Cochonou ».

A partir de Saint-Lary et en direction du col du Portet, la foule est devenue de plus en plus dense, vous étiez vraiment vraiment très nombreux et très joyeux et ça nous a fait chaud au coeur.

A cet instant précis, nous nous sommes regardés avec Damien et on s’est dit « Ça y est, on est dans les Pyrénées !